Pour voyager cet été à moto, pensez à vos passeports maintenant !

Pour voyager cet été à moto, pensez à vos passeports maintenant !

17 février 2023 0 Par Laurent

C’est un fait que l’on ne peut que déplorer et qui touche toute la France : les délais pour obtenir un rendez-vous en mairie en vue d’une création ou d’un renouvellement de passeport ne cessent de s’allonger.

Actuellement, quelle que soit la région, il faut compter au moins 4 mois d’attente avant de pouvoir faire valider sa demande en mairie, après avoir pré-rempli sa demande en ligne sur le site de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS).

Des délais qui ne cessent de s’allonger

Une fois le passage en mairie validé, il faut encore attendre un mois en moyenne pour recevoir le document, mais, font savoir les services de l’Etat, selon la Préfecture où la demande est traitée et la période de l’année ou elle arrive – et là, on entre en période chargée en prévision des vacances d’été -, ce délai peut encore augmenter. Dans les Yvelines, on arrive ainsi à un délai hallucinant de 6 semaines supplémentaires et, précise la Préfecture, « le motif « départ en vacances » n’ouvre pas le droit à la délivrance d’un passeport temporaire (urgent)« .

Bref, si vous penser partir en été hors Union européenne (notamment pour la Grande-Bretagne, l’Ecosse et le Canada depuis le Brexit) et zone Schengen (Suisse, Norvège, Islande), il est plus que temps de vous y intéresser.

Il est toutefois à noter que certains pays hors UE et / ou hors Schengen acceptent un passage des motards Français avec une simple Carte nationale d’identité en cours de validité. C’est notamment le cas de la Bosnie-Herzégovine, du Monténégro, de la Serbie, la Macédoine, le Kossovo, de la Bulgarie et encore de la Turquie et de l’Egypte.

L’an passé, neuf millions de Français ont refait leurs pièces d’identité ; ils devraient encore être 14 millions à faire cette démarche en 2023. La gestion de ces procédures ayant été confiée aux mairies, qui rechignent à embaucher faute de budget, les services sont donc engorgés. Selon l’ANTS, la volonté de l’Etat serait de revenir à des délais de 30 jours en mairie et pour cela, une aide de 20 millions d’euros à destination des collectivités locales a été annoncée. Mais d’ici que tout se mette en place, de l’eau aura coulé sous les ponts…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux