Vous ne roulez pas assez avec votre moto ? Louez là…

Vous ne roulez pas assez avec votre moto ? Louez là…

23 mars 2023 0 Par Laurent
Nicolas Hüe, 39 ans, est le fondateur du rider Club. Passionné de motos et travaillant dans la Tech, il a eu cette idée après avoir eu son permis, lorsqu'il a voulu essayer de nombreuses motos avant de se décider
Nicolas Hüe, 39 ans, est le fondateur du rider Club. Passionné de motos et travaillant dans la Tech, il a eu cette idée après avoir eu son permis, lorsqu’il a voulu essayer de nombreuses motos avant de se décider

Si vous êtes ce « motard moyen » dont parle la Sécurité routière dans ses statistiques, la distance parcourue par votre moto en 2020 à été de 3691 km, contre 4161 km en moyenne entre 2015 et 2019. Ce sont d’ailleurs pour les grosses cylindrées, supérieures à 750 cc, que les moyennent baissent le plus, passant de 5776 km à 3937 km !

Il ressort donc de cette étude que nos motos passent désormais plus de temps au garage que sur les routes. Et très vite peuvent se poser deux questions à ceux qui roulent peu : ont-ils désormais intérêt à acheter une moto, lorsqu’on connaît les coûts liés à une telle propriété (achat, assurance, parking, entretien) ? Et pourquoi ne pas mettre ces motos inactives à disposition des autres ? C’est en tout cas ce que propose le Rider Club, qui se veut « le AirBnB de la moto ».

Bien sûr, les propriétaires de certains modèles très personnalisés trouveront cette idée plutôt saugrenue. Mais les autres ? « Quand l’AirBNB est né, personne ne pensait prêter son appartement et son lit à des inconnus. On pense que ce sera pareil pour la moto », expliquait Nicolas Hüe, le jeune créateur de l’application rencontré au Salon de Lyon. « Pour les propriétaires, ça fait rouler les motos et cela rapporte de l’argent ; pour les locataires, cela permet de profiter et d’essayer des motos sans avoir à les acheter. »

Des motos de tous les styles

Le fonctionnement du site est assez simple : il faut saisir le lieu recherché puis les dates de départ et de retour. Si de nombreuses machines sont proposées, on peut utiliser différents filtres (dont le genre de la moto). Une fois la moto sélectionnée, il faut envoyer une demande de location. A la prise en charge de la moto, un état des lieux des lieux est effectué et le propriétaire vérifiera votre permis de conduite et une pièce d’identité. C’est tout, jusqu’à la restitution du véhicule et un nouvel état des lieux…

Sur le site, on trouve déjà toutes sortes de motos, de la Honda 125 SH (à 45€ par jour) aux BMW GS 1200 et 1250 Adventure (à 180 € par jour) en passant par de nombreux scooters, mais aussi des roadsters musclés comme les Triumph Street Triple (60 € par jour), Ducati Monster 796 (75€ par jour) ou 821 (80 € par jour) et des motos plus tranquilles, Royal Enfield Bullet 500, Honda NC750, BMW F800R… Il est d’ailleurs assez facile d’affiner sa recherche (sportive, roadster, trail).

« Le prix de la location est fixé par le propriétaire, mais on conseille un prix à hauteur de 1% du prix de la moto par jour, ce qui est plutôt bon marché », reprend Nicolas Hüe. « Les motos louées sont assurées par nos soins, on a pour cela un partenariat avec Allianz. »

Un million de personnes ont le permis mais pas de moto

Comme pour les locations d’appartements, loueur et locataire notent mutuellement leur expérience, ce qui permet de qualifier les profils. « Mais jusqu’à présent, 100% des loueurs sont bienveillants et nous n’avons pas eu le moindre problème de machine qui aurait été maltraitée par un loueur. »

Le service existe depuis maintenant 3 ans et se développe essentiellement par le bouche à oreille. On trouve cependant davantage d’offre de deux-roues dans les aires urbaines (Ile-de-France, Paca, Corse, Rhône-Alpes) ou le littoral que dans les zones rurales. Mais ce système de location pourrait intéresser des motocistes installés dans des zones touristiques…

« Actuellement, on rentre en moyenne une vingtaine de nouvelles motos par jour, car les propriétaires y trouvent leur avantage : pour une journée de location à 100€, une fois les frais de service et d’assurance déduits, ils touchent 65€ », conclut Nicolas Hüe, rappelant qu’il y aurait un million de personnes qui auraient le permis moto et pas de moto…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux